* Pilatrail

* Run and Bike la fouillouse

* 12 h Roche la molière

Samedi  2 Juin

Dimanche 3 Juin

Ce week-end, des petits groupes d’Usson Sport Nature étaient éparpillés dans le département.

* Dès le Samedi après midi, on retrouve une équipe de trois filles USN du côté du Run and Bike de La Fouillouse. Céline et Séverine ensemble sous le nom des IcioGirls, Sandrine et son coéquipier sous le nom des Optimistes. C’est donc sur le parcours de 14km que ces deux équipes vont alterner vélo et course à pied. Pas de stratégies de courses, une alternance entre vélo et course à pied au gré de la fatigue. Une bonne organisation, une ambiance chaleureuse, en bref, un bon samedi après-midi.

Les sourires étaient une fois de plus bien présents ! Bravo à vous d’avoir si bien porté les couleurs vertes et noirs.

 

 

* Minuit. Roche-la-Molière. Top départ des 12 h de Roche.

Le but, faire le plus de kilomètres possible en 12h.

Patrick, en préparation pour l’UTPMA, s’élancent à son rythme et sans véritablement d’objectif. Selon ses dires, une belle course où il reviendra et pourquoi pas sur les 24h.

Il en termine en faisant 97 km et se classe à la 12ème place !

 

* Dimanche 3 Juin 8h. Le départ est donné du côté de Véranne pour le Pilatrail où 6 membres USN s’élancent sur un parcours de 42 km. Un parcours exigeant mais dans un cadre pour le moins sauvage. Petit résumé de la part de David.

"Le Pilat Trail ça commence tranquillement avec le sourire des bénévoles à la récup' du dossard, la préparation de mes affaires, mes nouvelles baskets tout juste cassées et hop je rejoins les copains du club.
En avant sur la ligne de départ. Le briefing, le mot du maire qui est très content d’accueillir 250 traileurs dans son petit village de Véranne, le mot d’Augustin Guibert grandissime favoris, 3,2,1 partez...il est 8 heures.
Départ dans les rues et premières côtes, je suis terriblement bien, les copains sont juste derrière, ça monte à un bon rythme en file indienne.
Montée en single, les bâtons commencent à se faire entendre et déjà premier ravito au col du Gratteau et 10kms de fait.
« A ben tiens première fois que j’arrive au ravito en ayant fait que de la côte, terrible ça 😁 »
je repars derrière les copains, 100m de descente avant une terrible montée de celle qui scotch les kilomètres sur la montre mais pas le temps.
Bon pas moyen de courir au milieu de ces terribles dalles, je regarde ma montre et déjà 1000m de d+.
Un bénévole m'indique la fin de la montée dans 500m, je ne vois que des arbres et des pierres, mes bâtons s'enfoncent dans la tourbe, puis la lumière perce de plus en plus et là Bim.

C'est donc ça le Pilat. Terrible.
Une vue incroyable s’offre à moi. Je m arrête 10 s, j aurai aimé plus.
C'est reparti et enfin une descente. Je vais pouvoir récupérer un peu mais en faite non. Les galets noirs sont glissants comme de la glace et entre une boue noir veut me piquer mes nouvelles chaussures. Bon je me dit qu on va bien trouver un bout de plat? Loupé...
Ravitaillement 2. Plein d eau, bananes et go c'est reparti... en montée direction l’antenne me dit un bénévole qui affiche un sourire terrible.
Une heure d’ascension dans un ruisseau au début et en hors piste à la fin me mette à mal. J'ai chaud, j'ai faim. Je m’étais promis de restez dans une certaine zone de confort en venant ici ben c'est loupé. J’arrive à la fameuse antenne et là de nouveau un panorama terriblement extra pour mes yeux à 1400 mètres d’altitude. Je prend aussi conscience que je suis pas encore arrivé en voyant les quelques « bosses » qui reste à franchir.
Les 3 dents sont proches et c'est toujours très dur d’avancer dans ces rochers. Encore un panorama fabuleux avec vu sur ce qui nous attend: de la montée. On passe une réplique de la coulée de Bourianne en moins long toutefois et on plonge enfin en sous bois pour 5kms de descente qui font mal aux jambes avant la dernière difficulté.
J’ai très chaud et plus d’eau quand j’arrive au dernier ravito sur le plateau de Margarat.
Les encouragements des bénévoles et leurs sourires me remettent sur le chemin avec en ligne de mire les derniers 8kms qui malgré une dernière petit côte en hors piste, sont assez vite passés. Pas question d’accélérer pour autant, mes jambes ne veulent pas.
J’entends la sono dans le village en contre bas et c'est bien entamé que je fini ce Pilat Trail avec la Sensations d être tout petit tant ces montagnes sont belles.

Terrible comme mes baskets toute neuve ont vieillis de deux mois d’un coup mais l’année prochaine je reviens, c’ est sur !

Dav

Merci aux bénévoles et traceurs terriblement efficaces...